Menu

La gestion des personnalités dans le monde du TRAVAIL

La gestion des personnalités dans le monde du TRAVAIL

« Il dit oui mais pense non : conflit au travail & impasse relationnelle » Commentaires juridiques du Cabinet sur un sujet abordé par PSYCHOLOGIES MAGAZINE , le « passif agressif » (extraits) 
« Il ou elle oublie sans cesse nos rendez-vous », « Il ou elle a toujours une bonne raison pour ne pas faire ce que je lui ai demandé… » 
Faire face à une personne qui dit oui mais qui pense constamment non, peut s’avérer être un vrai calvaire. 
Et ce précisément dans les relations de travail avec un collaborateur ou un supérieur hiérarchique qui peut vous mettre en porte à faux.
Cette impression de se heurter à un mur sans jamais que cette confrontation soit directe, peut rapidement épuiser lorsque l’on tente de communiquer.
Il est donc conseillé dans le cadre de ces « impasses relationnelles » de recentrer le litige ou le problème, non pas sur la personne et son défaut mais sur la définition du travail en cause et précisément sur les attentes « objectives » par exemple, celles formulées dans un contrat de travail.
Quelles sont les missions fixées ? Quel est le problème concret ? Le travail est-il perçu comme dégradant ? Les missions définies dans le contrat sont-elles dépassées (cela arrive souvent lorsqu’un collaborateur est particulièrement investi et performant, de lui en demander encore plus, sans pour autant changer son contrat, d’où un sentiment de frustration en définitive légitime mais non exprimé).
En recentrant la communication sur le contrat et ses éléments objectifs, vous dépasserez la problématique psychologique ou émotionnelle de toute façon difficile à surmonter quand l’un des deux est campé sur ses positions et vous dépassionnerez le débat. 
Par ailleurs, il convient de ne pas oublier que pour être efficace, le contrat de travail doit vivre et évoluer à chaque évolution des besoins de l’entreprise. 
En qualité d’employeur ou de dirigeant vous vous devez de vérifier si les missions demandées n’outrepassent pas celles décrites contractuellement ; cet état de fait peut régulièrement engendrer précisément des sentiments de non reconnaissance qui dans certains cas ne seront pas dits mais rejailliront sur la qualité du travail et l’investissement de vos collaborateurs.
Un contrat qui n’est pas la photographie fidèle de la situation factuelle ne sert quasiment à rien, sauf à brouiller, à terme, les relations.
Carole MOULIN-CALMES
AVOCAT 
Docteur en droit

Publié le 23/04/2019

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette publication

Pseudo
Email

L'adresse email n'est pas affichée publiquement, mais permet à l'avocat de vous contacter.

Commentaire
(copiez le numéro situé à gauche dans cette case)
Publier